Nostalgique …

S’il y a bien une chose sur laquelle nous avons toujours été d’accord, avec mon cher et tendre, c’est sur le nombre d’enfants que nous voulions : deux.
Pas plus, pas moins. Probablement car nous sommes tous les deux issus de fratries à 2… En fait, je ne saurais pas vraiment expliquer les raisons de ce choix…

En tout cas, l’arrivée de la petite louve nous a conforté dans cette idée. A 4, on se sent bien, complets… Du coup, c’est une évidence pour moi que je ne serai plus enceinte!

Alors je ne sais pas si c’est parce que ma petite louve grandit (trop) vite, ou si c’est parce que c’est le printemps, mais ces temps-ci, je me sens un peu nostalgique du temps où j’étais enceinte…

DSC_0049

D’abord, parce que, passés les premiers mois accompagnés des charmantes nausées et des vomissements, j’ai quand même eu deux grossesses agréables.
Et puis, sentir qu’on est en train de créer la vie à l’intérieur de soi, c’est quand même assez magique.
Les premiers mouvements de bébé, qui ressemblent à des chatouillis au creux du ventre, puis les gros coups de coude et de pieds pour se caler un peu mieux, certes un peu inconfortables, mais en même temps tellement plaisants…
Ce lien qui se créé est unique, je me sentais comme une rock star! Après tout, je ressentais des choses que les gens autour de moi ne pouvaient pas sentir, c’était juste pour moi…

DSC_0008

Pendant mes grossesses, j’étais centrée sur mon nombril, au sens propre du terme. Je ne cessais de caresser mon ventre, de le regarder se transformer. Bon, forcément, je l’étais plus la première fois que la deuxième, où je devais partager mon temps entre mon bidon et un louveteau très accroché à sa maman! Mais ce dernier a très vite compris qu’il se tramait quelque chose d’unique dans mon ventre, et a été un petit bonhomme tout doux, aux petits soins pour sa maman, pendant toute la fin de ma grossesse…

Et puis, j’ai eu de la chance, je n’ai pas eu de vergetures, et je n’ai pas pris beaucoup de poids pendant mes grossesses, malgré tout je pouvais me faire plaisir (même si j’ai dû prendre mes précautions à cause de ce fichu risque de toxoplasmose…). J’avais un petit siphon à l’intérieur qui me piquait toutes mes réserves, ce qui fait que je n’ai jamais été aussi canon qu’enceinte! 😉
IMG_0427

Mais bon, après, je réfléchis un peu, et je me souviens aussi que mes grossesses, c’était aussi des sciatiques, l’impression de peser 100 kg et être essoufflée sans arrêt… C’était avoir envie de faire pipi 4 fois par nuit, ne pas pouvoir sauter (oui, je sautille souvent, j’aime bien ça, du coup ça m’a beaucoup manqué!)
C’était aussi la frustration pendant les fêtes, de ne pas oser manger de foie gras, de saumon…
Et puis le stress de l’accouchement… Parce qu’une fois enceinte, il faut bien qu’il sorte ce petit bout qui gigote à l’intérieur de nous!

IMGP3824

Et puis, pendant mes grossesses, je ne connaissais pas encore mes louveteaux… Et quoi que l’on puisse dire sur la fatigue et le stress d’être maman, c’est quand même bien plus drôle au quotidien, d’avoir des petits loups à l’extérieur, plutôt que cachés dans mon bidon!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *