Les petites difficultés du quotidien avec 2 petits loups …

Souvent, je vous raconte combien c’est merveilleux d’avoir deux petits loups, principalement pour la double dose de câlins et d’amour et le lien qui les unit entre eux. Et c’est vrai que c’est plutôt génial, mais aujourd’hui, j’avais envie de mettre un peu l’accent sur les côtés plus compliqués…

Parce que deux enfants, c’est aussi deux fois plus de soucis!

IMG_8598

Le problème des jouets

Enfin, si on veut être honnête, il y a plusieurs problèmes avec les jouets : il faut les prêter, accepter de partager, et ça, c’est déjà un peu difficile en soi. Mais mon mini-loup est plutôt bonne pâte avec sa sœur, du coup cette difficulté se résout assez facilement chez nous.

IMG_8448

Non, le problème pour nous est plutôt lié à la différence d’âge. Si Mini-loup peut s’amuser avec tous les jeux de sa sœur, le contraire est loin d’être possible, car du haut de ses presque 9 mois, la petite louve n’a pas encore accès à certains jeux… A beaucoup de jeux même, et forcément, ce sont ces mêmes jeux qui l’attirent irrésistiblement…
Je veux bien sûr parler des Playmobil, des Lego, des petites voitures… Tous ces jouets dangereux qui ne doivent pas tomber entre ses petites mains, sous peine de finir broyés ou avalés…

IMG_7487

Il faut bien admettre que c’est tentant!

Et comme nos louveteaux partagent la même chambre, on ne peut pas envisager la solution de facilité : une barrière à l’entrée de la chambre du louveteau, avec à l’intérieur tous les jouets interdits à la petite louve…

Ben non, ce serait trop facile… Du coup, on essaie de trouver des solutions au fur et à mesure… On range les jouets « dangereux » dans les tiroirs moins faciles d’accès ou en hauteur, on utilise la table de salle à manger pour jouer aux Playmobil et aux Lego, on met la petite louve dans son parc quand une course de voitures se joue dans la maison…
Ce n’est pas parfait, mais pour l’instant, on n’a pas trouvé mieux!

 

La question des repas

J’essaye  au maximum de manger avec le louveteau, car je trouve ça un peu triste qu’il mange seul, mais les rythmes de mes deux loulous sont assez similaires…

Du coup, lorsque je me mets à table avec Mini-loup, j’ai une petite louve qui hurle accrochée à mon genou… Je ne suis pas sûre qu’elle hurle parce qu’elle est affamée, puisque j’ai avancé l’heure du repas du louveteau, pour nourrir mademoiselle plus tôt, et cela ne change rien : aussitôt que nous sommes à table, elle hurle.

Je suppose qu’elle aussi a envie d’être installée avec nous, mais si je l’installe dans sa chaise haute à nos côtés, elle râle tant qu’elle n’a rien à manger…

Du coup, je pense de plus en plus à laisser tomber le repas avec le louveteau, car je ne vois pas d’autre solution pour l’instant.

D’un autre côté, je me dis que s’il mange en même temps que sa sœur, ce n’est pas comme s’il mangeait tout seul… Et si la petite louve est aussi rapide que son frère, elle devrait vite savoir manger sa soupe toute seule!

 

La complication du coucher

Maintenant que la petite louve sait se mettre debout, dés que nous les quittons après le câlin du soir, elle en profite pour se lever et, à la lumière de la veilleuse, son frère l’amuse à coup de grimaces…
Alors au début c’est mignon. On entend des fous rires dans la chambre, et quand on va les voir, on trouve mademoiselle debout dans son lit, en train de se bidonner, et monsieur assis dans le sien, les doigts dans la bouche, mort de rire et grimaçant…

Mais quand cela dure, se répète malgré nos allées et venues, et se finit par des petits loups endormis bien trop tard, on rigole moins!

Là pour le coup, on n’a vraiment pas trouvé de solution (et si on éteint la veilleuse, les grimaces se transforment en chansons ou autres petits bruits…).

Bon, ils ne le font pas tous les soirs, et si on râle vraiment, le louveteau se calme (pas la petite louve par contre, elle, elle s’en fiche royalement de nos remontrances…).

 

Ce sont les principales difficultés que nous rencontrons quotidiennement. A cela, on peut rajouter d’autres petites complications, plus ponctuelles :

  • Les longues marches avec les deux loulous. Nous n’avons qu’une poussette, et lorsque le louveteau est un peu fatigué, il jalouse sa sœur qui est confortablement installée dedans. Pour cela, nous avons trouvé la solution, avec la planche à roulettes qui s’accroche à la poussette.

IMG_8776

  • Les courses ou les boutiques pour moi! Bah oui, de temps en temps, j’aime bien pouvoir aller m’acheter un petit truc, sur un coup de tête, en rentrant du boulot, ou encore passer « vite fait » acheter un produit que l’on a oublié en faisant les courses le week-end (courses faites au drive, donc on oublie toujours un truc!)… Bon, pour le vite fait, on repassera, avec deux petits bouts, on peut oublier! Il faut mettre la miss dans la poussette, avancer au rythme du grand (qui a 3 ans et demi, je vous le rappelle, et n’a donc pas de très grandes jambes…), s’émerveiller devant les lumières, les feux rouges, une vitrine, les couleurs des voitures… Du coup, on commence à 17h, pour ressortir à 18h30, tout ça pour un paquet de jambon et une salade… Autant vous dire que j’ai abandonné!
  • Quand je rentre en voiture avec eux après une grosse balade, et qu’ils se sont endormis… Je vous laisse imaginer la loose que ça peut devenir quand aucun des deux n’est opérationnel. C’est gérable si j’ai la poussette : je prends le grand sous le bras, je pose la petite dans la poussette, que je manœuvre comme je peux avec les doigts qui me restent (vous visualisez la dégaine?). Mais si je n’ai pas de poussette… bon, ce n’est jamais arrivé, heureusement, car lorsque mon louveteau est endormi, c’est une galère sans nom pour le réveiller, alors à moins de faire deux voyages en les ramenant chacun leur tour, je ne vois pas trop comment je ferais…
  • La place dans le lit le matin… Parce que le dimanche, c’est câlin collectif sous la couette. Alors quand il n’y avait que Mini-loup, on était bien, il était au milieu, on faisait un gros câlin, des chatouilles, la bagarre… Mais maintenant, il y en a deux à caler dans le lit! Du coup, non seulement on est plus serrés, mais en plus, nos louveteaux veulent tout le temps changer de place, pour faire un câlin à maman, puis à papa, tirer les cheveux de l’un ou de l’autre, sauter sur les deux, faire un câlin entre eux… Bref, on ne s’en sort pas! Mais on doit être un peu maso, parce que même comme ça, on adore!

 

Pfiou! Tout ça! Et je suis sûre que j’en oublie d’autres… 
Et chez vous, ça se passe comment avec deux petits loups à la maison ? Vous vous reconnaissez un peu dans mon petit texte ? (Et vous avez des solutions?)

 

6 Commentaires

  1. Oui… c’est un peu compliqué. Les mamans sont bien courageuses… et les mamies aussi parfois ;+)) en particulier les mamies de jumeaux !

  2. C un peut pareil ici et encore je vais pas trop me plaindre la grande a 10ans mais a une époque c étai pareil et sans voiture a chaque fois qu on sortez c étai l expedition . J imagine pas des jumeaux c double de travail double de souci apres le positif c vraiment se lien qui se crée entre eux. Ici ont et loin de tous sa hélas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *