Les copains d’abord !

robert-doisneau-photo-enfant-pipi-pigeon

Robert Doisneau – Photo : Enfant pipi pigeon

S’il y a bien une appréhension que j’avais avant que mon louveteau entre à l’école, c’était celle-ci : Est-ce qu’il va réussir à se faire des copains/copines?

J’avais cette angoisse, comme beaucoup d’autres parents je suppose, que mon loulou ait du mal à créer des liens avec les autres. J’avais peur qu’il soit ce petit garçon que l’on voit assis sur un banc pendant toutes les récréations, ou qui joue tout seul dans son coin, à l’écart des autres…

Les premiers jours, j’étais même franchement inquiète, car il revenait chaque jour avec un bobo différent : une trace de morsure, des griffures, une bosse sur la tête…
Du coup, j’ai imaginé une situation encore bien pire! Qu’il soit le bouc émissaire de sa classe!

Bon, au bout de quelques semaines, ces angoisses se sont vite dissipées… Mon petit loup s’était trouvé deux acolytes : H. et L. … Et cette complicité n’allait faire que grandir tout au long de l’année!

Et oui, du haut de leurs 3 ans, ces 3 loulous se sont bien trouvés, et ont formé un sacré trio, pour leur plus grand plaisir (un peu moins pour celui dela maîtresse…).

La maman un peu timide que je suis a d’ailleurs dû faire des efforts de socialisation, car quand à la sortie de l’école, mon fiston sortait en donnant la main à son super copain, et nous suppliait, sa mère et moi, de les laisser jouer un peu dans le parc… Il a bien fallu faire connaissance pendant que nos arsouilles construisaient des châteaux de boue, fabriquaient une cabane de branches, ou plus récemment, faisaient un barbecue de crevettes…

Bon, mon louveteau a plutôt bien choisi ses deux copains, puisque leurs mamans sont très sympas!
Alors c’est devenu un petit rituel. Régulièrement, à la fin de la journée de classe, les trois compères passaient une bonne heure à jouer dans le parc, pendant que nous, les mamans, discutions en les surveillant (d’un œil, je l’avoue, mais bon, le parc est toujours vide vu qu’il n’y a pas de jeux, nos enfants sont bien les seuls à le trouver attrayant!).
Les soirs où l’une d’entre nous était pressée, il a fallu trouver des subterfuges pour éviter les drames, et les larmes inévitables!

L’amitié qui s’est créée entre eux est vraiment très forte! Je ne m’attendais pas à ce que, si jeune, mon petit loup soit si attaché que ça à ses deux copains!
Chaque histoire que je raconte doit mettre en scène les trois garçons, lorsqu’il dessine à la maison, il garde souvent l’un de ses dessins pour leur offrir, en sortie scolaire, ils partagent leur pique nique…
Et la dernière en date qui nous a beaucoup fait rire : deux des garçons étaient invités à un anniversaire, mais pas le troisième… Du coup, ce dernier a profité que la maman qui organisait l’anniversaire accompagnait une sortie, pour lui demander s’il pouvait venir lui aussi! Bingo, le lendemain, il avait une invitation dans son cahier, et ils ont pu aller tous les trois à la fête!

Doisneau

Doisneau

Mais toute amitié a ses travers, et nous avons vu la maîtresse nous convoquer les unes après les autres… (Enfin pas moi, j’avais pris les devants en mettant un mot, mais il semble que j’étais sur la liste!).

Bah oui, parce qu’apparemment, nos trois filous se sont peu à peu fermés aux autres, et se sont verrouillés dans leur trio. A trois, on est plus fort, et ils l’ont bien compris visiblement!
Et comme ce sont tous les trois des petits malins un peu en avance par rapport aux autres, avec une sacrée répartie… Et bien ils ont essayé de prendre le dessus sur les adultes de l’école.
Forcément, ça ne s’est pas très bien passé pour eux. (Mais bon, comme ils ont bon fond, une petite discussion à la maison et tout est rentré dans l’ordre à l’école!)

Malheureusement pour eux, la conséquence de leur amitié trop fusionnelle, c’est qu’à la rentrée prochaine, ils seront séparés…
Et oui, l’un des trois déménage et, comme me l’a dit d’un air un peu gênée la maîtresse, il y a deux classes de moyens l’an prochain… Ils se verront donc beaucoup moins, mais ça, je ne l’ai pas encore dit à mon mini-loup, sous peine de le voir déprimer pendant les deux mois de vacances…
Je le préparerais en douceur à cette « éventualité » que je sais être la réalité, lorsque la rentrée approchera…

Et puis, il leur restera toujours la fin d’après-midi au parc!

IMGP7110

Et chez vous, les premiers copains, ça s’est passé comment ?

3 Commentaires

  1. C’est émouvant ces amitiés si fortes qui se nouent dès la maternelle…

  2. Retour PingSa première année d’école, le bilan… – Ma vie de maman louve

  3. Retour PingMaman, j’suis plus un petit! – Ma vie de maman louve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *