Laisser croire au Père Noël

En ce moment, il y a une question en particulier qui fait débat :

Faut-il laisser les enfants croire au Père Noël ?

dsc_1415

Les POUR…

Dans le clan des fans du Père Noël, l’argument principal est la magie de cette fête. Croire au Père Noël illumine les yeux des enfants, qui l’imaginent déjà dans le ciel, emporté par les rennes vers les étoiles.

Et puis il y a toutes les légendes qui tournent autour du gentil vieillard : sa maison au Pole Nord, les biscuits qu’on peut lui laisser et qu’il grignote en venant déposer les cadeaux, sa hotte pleine de cadeaux pour les enfants du monde entier. L’atelier des lutins qui se dépêchent de fabriquer les jouets pour le grand jour… Bref, c’est tout un univers qui s’est construit autour de cette légende, et qui ajoute un peu de féerie.

Il y a également la tradition. Depuis des générations, on cultive le mythe du Père Noël auprès de tous les enfants. A chaque Noël, les questions reviennent systématiquement : « Tu as été sage? Car le Père Noël n’apporte des jouets qu’aux enfants sages » (du coup, c’est également un moyen pour que les enfants se tiennent à carreaux à cette époque de l’année fatigante), « Tu as fait ta liste au Père Noël?« … Ça fait un peu partie de notre culture, que ce soit à l’école, dans les magasins ou sur les marchés, le Père Noël est partout à partir du 1er décembre.

Les CONTRE…

Du côté des anti-père Noël, l’argument principal est le mensonge. Faire croire au Père Noël, c’est mentir à son enfant, du coup, le jour où il apprendra la vérité, il n’aura plus confiance en ses parents. Et puis c’est aussi une manière de se moquer de son enfant, que de prétendre que le Père Noël existe, c’est profiter de sa crédulité…

Le Père Noël peut également engendrer des peurs chez l’enfant, car après tout, c’est un vieux monsieur avec une énorme barbe qui voit tout, entend tout, et ne donne des cadeaux qu’aux enfants sages. En plus, il s’introduit en douce chez nous la nuit, et il pique nos biscuits… Vu comme ça, il a surtout l’air d’un voleur un peu voyeur, ça peut faire peur!

Même Maria Montessori n’aime pas le Père Noël! Alors si la référente en chef ne valide pas… Selon elle, le Père Noël est le fruit de l’imagination des parents, et non des enfants, donc il ne stimule pas leur imaginaire. Et ce sont les parents qui s’amusent de la crédulité de leurs enfants (elle dit même que c’est de l’obscurantisme intellectuel!).

 

Bref, vous l’aurez compris, le Père Noël a autant d’adeptes que de détracteurs, avec chacun des arguments plus ou moins valables.

De mon côté, j’ai fait le choix de laisser mes loulous croire au Père Noël.
Tout simplement parce que moi, j’y crois!

Non, plus sérieusement, je n’ai pas l’impression de mentir plus que quand je raconte un conte avec un loup qui parle ou une sorcière sur un balai. Ou bien quand j’explique à mon loulou qu’il faut qu’il soit gentil avec ses jouets parce que sinon ils vont faire comme dans Toy Story! (Bon, en fait je mens sans vergogne, c’est peut-être pour ça que ça ne me gène pas!
En plus il ne croit même pas à mes mensonges puisque quand je lui ai sorti ça pour les jouets, il m’a répondu d’un air super sérieux : « Mais non maman, Toy Story, c’est un dessin animé, mes jouets ils sont en plastique, ils sont pas vivants… Il ira loin ce gamin…)

La seule chose qui me gêne dans la croyance au Père Noël, c’est ce chantage à la sagesse. Non, mes loulous, vous aurez vos cadeaux, que vous soyez mimi comme tout ou des terreurs (de toute façon, j’achète les cadeaux en avance, donc bien avant que le chantage au Père Noël soit d’actualité!). Du coup j’essaye de ne pas céder à la tentation et de ne pas les menacer de retrait de cadeau s’ils ne sont pas sages.

Mais alors comment justifier le fait qu’ils n’auront pas tout le catalogue? (Si l’on refuse d’utiliser le fait qu’ils n’aient pas été assez sages…) Le grand a bien compris que le Père Noël était radin et que les cadeaux qui coûtaient trop chers, c’était non. (Et c’est là que je me dis qu’ils ne risquent pas d’y croire très longtemps, car je ne suis pas très douée et je finirais par faire une bourde…). Du coup il a bien conscience qu’il n’aura pas tout ce qu’il a demandé, mais c’est pas grave, le reste, ce sera pour son anniversaire! Et la petite louve, tant qu’elle a trois morceaux de papier cadeau a déchirer, elle est contente, alors tant pis si elle n’a pas tout, puisque de toute façon, c’est moi qui ai fait sa liste…

 

Malgré tout, je peux comprendre qu’on puisse faire le choix de ne pas laisser ses enfants croire au Père Noël, mais de là à dire qu’un enfant n’aura plus confiance en ses parents le jour où il apprendra que le Père Noël n’existe pas… Je trouve ça un peu excessif. Tout dépend peut-être de la manière dont on laisse évoluer les choses. Je me dis que le jour où mon loulou se posera des questions, je le laisserais comprendre la vérité, sans chercher à inventer des scénarios rocambolesques pour faire tenir debout la légende. Mais comme beaucoup de loulous, je pense qu’il prétendra croire au Père Noël un peu plus longtemps, juste pour pouvoir continuer à demander plein de cadeaux 😉

Et puis qui sait, il existe peut-être! En tout cas, il vient nous rendre visite chaque année!

Maintenant que je vous ai tout déballé, je serais curieuse de savoir comment ça se passe chez vous? Plutôt fan du père Nono ou pas du tout?

Psst, en parlant de cadeaux de Noël, n’oubliez pas de participer au concours sur ma page Facebook! Je vous fais gagner une étoile, une vraie, qui brille dans le ciel, que vous pourrez nommer du nom de la personne que vous voulez!

C’était ma participation aux Jeudis éducation, organisés par Valérie, du blog Wondermômes. Le thème de la semaine était : légendes!

WonderMômes : La Panda Agency

Papa blogueur: Il y a 10 ans, ce n’était pas là ça!

 

11 Commentaires

  1. Ici on y croit ! Et j’aime beaucoup ton exemple des livres de contes! C’est complètement vrai!

  2. C’est un dilemme que je me pose depuis l’année dernière. Mon fils a maintenant 4 ans et voilà où j’en suis:
    – Je n’aime pas lui mentir
    – Je n’aime pas le chantage utilisé
    – J’aime l’ambiance de noël et l’espoir d’une magie qui nous échappe
    Alors, j’ai décidé de le laisser se faire son idée. Actuellement il y croit, tout simplement parce qu’il « bouffe » du père noel partout autour de lui et surtout à l’école.
    « Maman, si t’es pas sage et bien le père noel va le voir et tu n’auras pas de cadeau ». Là, je suis claire avec lui, ici tout le monde a des cadeaux, sage ou pas sage, sinon ça s’appelle du chantage mon garçon.
    Quand il me pose des questions sur le vieux bonhomme, je ne rentre jamais dans le mensonge. « Maman, on a pas de cheminée, comment il va faire le père noel pour entrer? » « Ne t’inquiète pas pour ce soucis, même ceux qui n’ont pas de cheminée ont des cadeaux ».
    J’ai donc fait le « choix » de ne pas lui mentir, sans pour autant briser ce mythe, je pense que s’il doit ne plus y croire, cela viendra naturellement de lui.
    Je trouve par contre que ça n’est pas la même chose qu’avec les contes qu’on leur lit: les enfants savent que les contes sont faux, on ne s’amuse pas à leur affirmer que sisi le grand méchant loup existe ou que Peter pan est vrai et sait voler, alors que pour le père noël, on leur dit très clairement qu’il existe.
    En tout cas, merci pour cet article, qui, encore une fois, permet d’échanger sur un sujet qui fait débat!

    • Je suis un peu pareil, je n’aime pas lui mentir, mais j’aime bien la magie que véhicule cette légende.
      Pour les contes, moi je fonctionne pareil que pour le père noel en fait, je le laisse croire que les fées existent, qu’il y a une part de magie dans son monde, mais je ne l’affirme pas, comme pour le père Noël 😉

  3. Retour PingLa Panda Agency "10 missions pour devenir agent secret" pour imaginer le monde de demain - Wondermomes

  4. J’aime beaucoup ton article :). Ici on laisse croire parce qu’il est petit mais on ne cultive pas non plus le fait qu’il existe vu qu’on ne fête pas noël.. Mais on leur offre des cadeaux, entre saint-nicolas et noël plus pour leur faire plaisir. C’est un choix à faire en tant que parents, peu importe les dires des gens :).

  5. Moi je suis très triste, mes petits-fils (en CP) m’ont annoncé dimanche au téléphone qu’ils ne croyaient plus au Père Noël ! Voilà leur petite enfance bel et bien terminée !
    Eux, ils sont hyper fiers d’être au courant du « secret des grands » ! Et rien que cette fierté justifierait qu’on les ait laissé croire au vieux bonhomme barbu !
    Espelette

  6. On y croit ! Le Père Noël, c’est un conte de… lutins (à défaut de fées) ! Si on n’y croit plus, on ne croit plus à la petite souris, ni au fées, ni aux dragons qui font la météo (oui, c’est un invention de notre part, on aime bien les dragons ^^).
    Je crois que c’est la dernière année pour Titechérie (6 ans)… Ce week-end, en voyant un Père Noël prendre des photos avec des enfants, elle a compris que ce n’était qu’un déguisement.. je lui ai dit que c’était sûrement vrai, que le « vrai » Père Noël était sûrement beaucoup trop occupé à finir les cadeaux pour tous les enfants. On fait tenir cette histoire le plus possible. Ce qui devient dur quand leurs cousin.e.s (8 et 15 ans) n’y croient plus depuis longtemps ^^
    Mais on ne pratique pas le chantage de la sagesse. Sinon, Tibonhomme serait vite disqualifié hihi !

    • Haha, je crois qu’il y aurait beaucoup de petits bouts disqualifiés si ce chantage était tenu ^^
      Et bien sûr que les dragons font la météo! C’est d’ailleurs pour ça qu’il y a du brouillard, c’est quand ils soupirent et que la fumée sort de leurs naseaux! (bref, je m’égare^^)
      Ah oui, 6 ans, ça commence à être l’âge où ils comprennent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *