Celui qui avait peur des vagues

Comme chaque été lorsque les vacances approchent, nous étions plus qu’impatients de retrouver l’océan pour nous y baigner, sauter dans les vagues, faire des brasses coulées…

Pour ne rien vous cacher, nous avions tout de même une petite appréhension. L’an dernier, notre petit loup n’avait pas voulu mettre un pied dans l’eau, terrifié par les grosses vagues de la plage. Nous avions mis ça sur le compte de l’arrivée de sa petite sœur, puisqu’il avait également refusé de faire le moindre manège, prétextant qu’il n’en ferait qu’avec elle…

Sauf que cette année, bien que sa sœur se jette à corps perdu dans les vagues (après quelques hésitations tout de même!), et que même son amoureuse, la belle Eva, saute par dessus des vagues plus grandes qu’elle… Le louveteau était pétrifié!

DSC_0838

Terrifié à l’idée que les vagues l’emportent, qu’il coule, qu’il tombe, qu’il se noie… Il refusait catégoriquement de s’approcher de l’eau!
Aucun de nos arguments n’avait d’impact. On pouvait bien lui donner la main, les deux mains, lui mettre brassards et bouée… Que nenni, le bougre restait inflexible!

Le seul moyen de lui faire mettre un pied dans l’eau était de le porter dans nos bras, de traverser le passage épineux des vagues qui se fracassent sur le bord de la plage, puis d’avancer jusqu’à ce que l’eau lui chatouille les pieds…

Mais là encore, le mouiller au-dessus du genou relevait de l’exploit (les marques de griffures dans nos cous en sont les preuves!)

Désespérés (oui, parce que chez nous, la baignade, c’est sacré), nous en étions presque à envisager de passer nos prochaines vacances en méditerranée! Vous savez, cet espèce de grand lac sans vague (oui je sais, je ne suis pas du tout objective, mais je n’aime pas la mer, je préfère l’océan :p).

Et puis, mon grand loup a eu une illumination!
Le louveteau aimant jouer, et détestant perdre, son père lui a proposé un jeu : Postés sur le sable humide, il fallait courir le plus près possible de l’eau, tracer un trait dans le sable avec son pied, et revenir très vite. Celui qui traçait le trait le plus loin gagnait.
Vous avez compris l’entourloupe ? Et bien le louveteau, malgré sa perspicacité, n’y a vu que du feu!

Et la technique a fonctionné, puisque 10 minutes plus tard, notre petit loup était en train d’essayer désespérément de tracer un trait dans l’eau, faisant fi des vagues!
5 autre minutes plus tard, il était en train de nous éclabousser, et le lendemain, il se battait à mains nues contre les vagues (avec ses brassards, car comme ça, il ressemble à Buzz l’éclair…)

 

Et voilà comment maintenant, on a deux louveteaux complètement tarés qui courent inconsciemment dans les vagues, et une maman stressée en train de courir dans tous les sens, ne sachant lequel des deux va se vautrer en premier…

Et chez vous? La baignade, ça se passe comment avec vos louveteaux?

3 Commentaires

  1. Oh, j ‘adore cette jolie histoire!
    Chez nous, notre aine a ete d’abord eleve deux ans en Chine. Il faut savoir que la plupart des Chinois -dont sa nounou d’alors- ont une peur panique de l’eau. Meme du bain.
    Bref, il nous a fallu presque trois ans, ensuite, pour faire disparaitre cette phobie de l’eau qu’il avait acquise a Shanghai. Il met la tete dans l’eau depuis un mois seulement. Et je parle bien sur d’une eau sans vagues!

    • Merci :) Oui, c’est vrai que la baignade n’est pas vraiment dans leur culture…
      C’est le genre de phobie pas évidente à faire passer, c’est sûr…
      Nous, au contraire, il adore l’eau! A la piscine, il met la tête dans l’eau depuis presque 2 ans, il nage seul avec ses brassards sans crainte, mais dés qu’il voyait des vagues, c’était la panique…

  2. Retour PingMotricité libre ? – Ma vie de maman louve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *