Préoccupations au sujet d’un enfant sensible dans des situations sociales

Dans cet épisode : Janet répond à un courriel du parent d’un enfant de deux ans qui lui dit que lorsqu’un autre enfant pleure, sa fille se joint à elle et devient inconsolable, souvent même après que l’autre enfant se soit remis. Elle se demande si c’est « normal » et elle est impatiente d’avoir des conseils. Elle dit qu’il y a des événements pour les enfants qui s’en viennent, « et je les redoute. »

Transcription de « Préoccupations au sujet d’un enfant sensible en situation sociale »

Salut.Voici Janet Lansbury.Bienvenue à Unruffled.Aujourd’hui, je réponds à un parent qui dit que sa fille de deux ans réagit souvent aux pleurs des autres enfants en pleurant elle-même. Ce parent craint que sa fille soit peut-être trop sensible pour gérer des situations sociales avec d’autres enfants. Elle est impatiente de trouver une solution parce qu’ils assisteront à de nombreux événements des Fêtes au cours des prochaines semaines.

Voici l’email que j’ai reçu.

« Salut,

Je te suis depuis un moment maintenant, mais ma fille vient d’avoir deux ans, alors ça devient intéressant. C’est une fille intelligente, mais nous vivons à la campagne et nous pouvons passer une semaine sans voir personne d’autre que sa famille immédiate.
Souvent, quand nous sommes dehors et qu’un autre enfant pleure, elle devient inconsolable. Je me demandais si vous aviez des conseils pour l’aider à traverser ça. Est-ce que c’est normal ? J’essaie de la réconforter et j’essaie habituellement de lui expliquer pourquoi l’autre enfant pleure, et de lui montrer qu’ils vont bien. Elle pleure souvent plus longtemps qu’eux.

J’écris maintenant parce que nous avons des événements de Noël pour les enfants qui arrivent et je les redoute. Tout conseil serait apprécié.

Merci. »

D’accord, ça a l’air d’être une fille merveilleusement sensible. La sensibilité est une chose positive. C’est une force. Ce que cette fille montre, c’est ce que nous voulons tous pour nos enfants, de l’empathie. Elle comprend la douleur d’un autre enfant. Elle s’y connecte. Elle se joint à l’autre enfant dans les sentiments. Cela ne veut pas dire qu’elle ressent elle-même ce que cet enfant ressent, mais les cris de l’enfant touchent quelque chose en elle et elle a cette réaction cathartique, évacuant ses propres sentiments.

Les premières années sont une période très émotionnelle pour tous les enfants. La ventilation est toujours une chose positive, positive, qu’elle se manifeste dans une crise de colère, ou même dans un pleurnichard, aussi difficile à entendre que ce soit, ou dans un cri, aussi difficile que ce soit à entendre. Tous les sentiments exprimés sont positifs parce que ce qu’ils sont, c’est libérer ce qui est déjà à l’intérieur de l’enfant. Nous ne savons pas vraiment pourquoi les enfants pleurent souvent et pourquoi ils ont les mêmes sentiments.