Non, mes enfants, vous n’êtes pas à moi…

C’est ce que je me suis retrouvé à dire il n’y a pas si longtemps à mes deux loulous.

« Non, vous n’êtes pas à moi, vous ne m’appartenez pas »

Et une chose est sûre, ma réponse ne leur a pas plu!

Nous étions en train de lire le magnifique album Mon amour, et à la dernière page, la maman dit à son fils : « Je t’aime parce que tu es mon enfant, mais que tu ne seras jamais à moi. »

Cette petite phrase somme toute banale a perturbé au plus haut point mon aîné, au point de me faire un peu cogiter sur le sujet…

DSC_2183 (2)

Après avoir lu cette page, mon grand m’a regardé les yeux écarquillés : « N’importe quoi, nous on est à toi! » Ce à quoi j’ai répondu que non, évidemment que non, ils ne m’appartenaient pas.

Et là, ça a été pire que quand je lui ai dit qu‘il ne pouvait pas être amoureux de moi!

Mais c’est pas juste!
Pourquoi tu veux pas qu’on t’appartienne ?
Mais moi je veux être à toi! Pour toujours…
Si, même quand je serai vieux!
Et toi, tu m’appartiens au moins ?

Et bien évidemment, sa petite sœur y a ajouté son grain de sel, acquiesçant à toutes les râleries du frangin…

Bref, j’ai tenté de leur expliquer que non, ils ne m’appartenaient pas, même si je les aimerai toujours, parce qu’un jour ou l’autre, ils vivraient leur vie à eux, sans moi, qu’ils fonderaient – ou pas – une famille, qu’ils vivraient leur vie quoi, et que ce serait à eux de décider ce qu’ils voulaient, et pas à moi…

Bon, ça n’a pas eu un franc succès, ils ont décrété que si eux ne m’appartenaient pas, dans ce cas moi, au moins, je leur appartenais et puis de toute façon ils vivront avec moi jusqu’à ce qu’ils aient 90 ans « T’es d’accord maman hein? t’es d’accord ? »
Et en maman faible que je suis, j’ai acquiescé, priant au fond de moi pour que ce ne soient pas des Tanguy pour autant…

Mais cette petite mésaventure m’a fait réaliser qu’effectivement, mes enfants ne m’appartiennent pas (bon, je ne m’étais jamais posé la question avant surtout, sinon ça fait un bail que je l’aurais réalisé…).

IMG_7699

Ils sont les deux petits êtres que j’aime le plus au monde, pour qui je donnerai tout et sacrifierai tout sans hésitation ni regret, et pourtant, je ne saurais que j’ai réussi mon job de maman que s’ils arrivent à me quitter à leur tour pour vivre leur vie…

Quand on y pense, c’est un peu cruel non ? Ou pas au final (oui, parce qu’un peu de tranquillité dans une vingtaine d’années ne sera pas du luxe!). Toujours est-il que c’est la vie. Toutes les mamans du monde y ont un jour été confrontées, ou le seront un jour. Nos enfant emplissent nos vies pendant des années pour ensuite aller construire la leur ailleurs…
Bon, dit comme ça, c’est un peu cru, car en réalité, ils continueront à occuper une place importante dans nos vies (enfin j’espère).

Mais bon, pour l’instant on n’en est pas là, il me reste encore un peu de temps à profiter d’eux, à me lever 4 fois par nuit pour un cauchemar, un doudou tombé, une araignée entraperçue ou… un vomi dans le lit. Et je compte bien profiter de chacune de ces minutes où ils me rendent indispensable à leur bonheur!
Et vous, vos enfants semblent être de futurs Tanguy, ou déjà en quête d’indépendance ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *