Les enfants avalent des somnifères à la garderie, les parents sont blâmés

Tous les parents n’ont pas la liberté de s’occuper à plein temps de leurs enfants. Mais avec les histoires d’horreur sur la garde d’enfants, ils voudront peut-être y réfléchir.

Les dernières nouvelles de cette semaine ont certainement amené les parents à revérifier leurs choix en matière de garde d’enfants lorsque trois enfants d’âge préscolaire ont été hospitalisés après avoir avalé des somnifères à la garderie. La garderie de Canberra a été fermée après que les trois enfants ont été emmenés d’urgence à l’hôpital, mais elle a rouvert peu de temps après. Canberra Times a signalé que sur les trois, deux ont été libérés plus tard le même jour, et le troisième a été gardé à des fins de surveillance.

Cette situation incroyable a été aggravée lorsque l’administration de la garderie a envoyé un courriel aux parents leur rappelant de vérifier le sac de leur enfant avant de l’envoyer à la garderie.

Oui, ils ont blâmé les parents !

Le centre a indiqué qu’il croyait que les somnifères pour adultes avaient été pris chez l’un des enfants, avant d’être ingérés par les enfants. Rien n’a été dit sur l’endroit où se trouvaient les équipes de surveillance lorsque les enfants ont avalé les pilules.

La Direction de l’éducation et de la formation, qui supervise les garderies de l’ACT, a déclaré qu’elle travaillait avec la garderie pour résoudre le problème et s’assurer que cela ne se reproduise pas.

Enough is Enough

Mais pour certains parents, ce n’est là qu’un exemple parmi tant d’autres qui prouve que les garderies ne prennent pas suffisamment au sérieux leurs responsabilités. Un article paru en 2011 dans le Sydney Morning Herald a révélé que plus de 1 000 enfants avaient eu besoin d’un traitement médical et que des dizaines d’entre eux avaient été hospitalisés après des accidents dans des garderies de Nouvelle-Galles du Sud cette année-là. Ces informations provenaient d’un rapport non publié, qui révélait que dans de nombreux cas, les accidents n’avaient pas eu lieu en présence du personnel, ce qui ouvrait les vannes aux questions de supervision du personnel. Un parfait exemple de cette situation est survenu en 2012 lorsque deux garçons de quatre ans ont réussi à sortir de leur garderie de Sydney. Ils ont été trouvés plus tard sur une route très fréquentée par un chauffeur d’autobus, mais il a fallu près de 40 minutes au personnel du centre pour se rendre compte qu’ils étaient partis !

Malheureusement, ces problèmes ne se limitent pas à la Nouvelle-Galles du Sud. Une enquête similaire menée par le Herald Sun a révélé quelque 3 000 incidents signalés dans des garderies victoriennes en 2013. Il s’agit notamment de personnes qui s’occupent d’enfants perdant des enfants lors d’excursions au zoo, d’enfants qui avalent des médicaments d’un réfrigérateur, et même d’un bébé qui tombe d’une table à langer. Ces cas choquants sont autant de raisons évidentes pour les parents que les choses doivent changer en matière de garde d’enfants, tant en Australie qu’ailleurs dans le monde.

Problèmes à l’échelle mondiale

Enjeux mondiaux

L’Australie n’est pas le seul pays où les incidents de garde d’enfants ont été mis en lumière ces derniers temps. Une momie d’Oklahoma a récemment fait la une des journaux lorsqu’elle a partagé des images graphiques des coups de soleil que ses enfants ont reçus lors d’une excursion à la garderie du parc aquatique. La garderie a expliqué qu’ils n’avaient pas apporté d’écran solaire avec eux et avait dit aux garçons, âgés de 5 et 7 ans, de garder leurs vêtements pendant qu’ils nageaient.

Manifestement, ils ne l’ont pas fait, et ils ont souffert de brûlures si horribles qu’ils ont tous deux été hospitalisés avec des ampoules massives qui nécessitaient une intervention médicale. Comme il fallait s’y attendre, la famille intente actuellement une action en justice.

Alors, où cela nous laisse-t-il ?

Avec tant d’enfants blessés, perdus ou mal pris en charge dans les garderies à travers l’Australie, il n’est pas surprenant que de nombreux parents soient très inquiets à l’idée de confier leurs enfants à des garderies. De toute évidence, il ne conviendra pas à tous les parents d’avoir une personne qui s’occupe d’eux à temps plein à la maison, mais quelles sont leurs options ?

Il ressort clairement de ces cas, et des milliers d’autres qui sont signalés chaque année, que les garderies doivent être tenues à un niveau très élevé. Des rapports ouverts, des examens ouverts et des inspections régulières sont indispensables pour que les parents puissent faire confiance aux services de garde. Il en va de même pour les punitions adéquates et les fermetures si le centre ne réussit pas toujours à assurer la sécurité des enfants pendant qu’ils sont sous la garde du centre.

Vous avez une histoire d’horreur sur la garde d’enfants ?