La paternité selon mon grand Loup

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler un peu de mon grand loup! 
Et surtout, de sa façon bien à lui d’appréhender la paternité…

DSC_0171

Alors oui, mon cher et tendre est un super papa, qui apprécie de passer du temps avec ses deux louveteaux, change les couches sans broncher (même les cacas), donne les repas avec plaisir, partage les corvées de douche quand il est là… 
En gros, il participe activement et joue très bien son rôle de papa… Sauf pour les nuits… Il est absolument incapable de se réveiller la nuit lorsque l’un de nos louveteaux hurle à la lune… Et si, à force de coups de coudes et de genoux (oui, la louve que je suis est un peu agressive quand elle n’a pas dormi depuis plusieurs lunes :p), il arrive à émerger de la 92è dimension où il était… J’ai droit à un grognement interrogatif, auquel je réponds d’un air parfaitement innocent : « Il y a la petite louve qui pleure, tu peux aller voir? » 
Pour me voir répondre « Mais je sais pas qui c’est? »
Humm Comment te dire… « TA FILLE, ****** » (je vous laisse le choix du qualificatif le plus approprié pour répondre à cela…).

Bon, à part ça, mon grand loup s’en sort plutôt pas mal, je dois bien l’admettre.

Mais comme tout le monde, il fait quelques boulettes, et j’avais envie de partager avec vous celles qui m’ont le plus fait rire.

Déjà, à la naissance de mon petit loup. Ayant été déclenchée, j’ai bien morflé pendant les contractions, tant et si bien que j’ai fini la tête dans la cuvette des toilettes, à me vider du peu que j’avais ingurgité… Forcément, mon cher et tendre appelle l’infirmière, pour lui dire que je vomis. Elle lui répond qu’elle ramène des haricots…
Gros blanc, puis : « Non mais elle n’a pas faim! Elle vomit, elle va pas manger! »
Bon, je me moque aujourd’hui, mais en fait, je n’avais pas compris non plus que les haricots, c’était les petits récipients dans lesquels on peut vomir, confortablement installé dans son lit 😉

Et puis est venu le moment de faire sortir le petit loup. Pour l’accouchement en lui-même, je n’ai pas à me plaindre (en même temps, il n’a pas eu grand-chose à faire, j’ai poussé trois fois et c’était fini…), mais il a quand même réussi à me glisser discrètement à l’oreille, alors que j’étais en pleine poussée : « Je dois faire quoi moi? » Bon, heureusement que je n’avais plus de souffle pour répondre, parce qu’à part « Tu te démerdes, tu vois pas que je suis déjà très occupée moi bordel! », je ne sais pas trop ce que j’aurais pu lui répondre…

Et puis, toujours très pragmatique, les premiers mots qui sont sortis lorsqu’on a posé le petit loup sur moi ont été : « Mais c’est quoi cette bosse?! » Oui, parce que mon loulou étant descendu dans mon bassin depuis un petit bout de temps, son crâne avait pris une forme un peu bizarre, et il avait effectivement une espèce de bosse, qui a disparu le lendemain.
Après explication, il a quand même rajouté : « bon, ben heureusement qu’il a le bonnet alors! »
Très classe chéri!

Je ne m’étendrai pas sur les petits aléas de la découverte du bébé, et notamment du change… Mais j’ai beaucoup aimé sa découverte du premier caca de son fils! Il faut dire que le louveteau avait le sens du spectacle : Au milieu du changement de couche, une belle coulée de méconium a envahi la table à langer, sous les cris effrayés de mon cher et tendre, qui ont alerté la puéricultrice qui passait dans le couloir…

Et pour la petite louve, il y est aussi allé de son petit sketch (bon, c’était plus pour me faire rire et oublier le stress, mais quand même…) :
Quand la sage-femme m’a annoncé qu’on allait poser la péri, parce que j’étais dilatée à 3, mon grand loup a attendu qu’elle sorte pour me glisser : « Mais c’est 1cm par heure en moyenne, c’est ça? Je vais jamais tenir 7h sur cette chaise pourrie moi! Et puis je suis fatigué…Toi c’est pas pareil, t’es allongée là, t’es tranquille! En plus dans 10 minutes, t’auras même plus mal, tu vas roupiller, je vais faire quoi moi?! »
Heureusement, sa fille l’a entendu, et moins d’une heure après, elle était sortie… 

 

Maintenant, il est plutôt rodé, même s’il lui arrive encore de mettre les habits à l’envers…
J’ai beaucoup aimé la dernière excuse qu’il m’a sorti, quand je lui ai expliqué que la robe était à l’envers : « Oui, j’ai vu l’étiquette, mais comme il y avait des boutons de l’autre côté, je me suis dit qu’ils avaient mis l’étiquette devant, parce qu’ils n’avaient pas de place derrière! » Oui, c’est bien connu, si on a des boutons derrière (ce qui est quand même très très fréquent sur les fringues de bébé…), on met l’étiquette devant… Normal…
Mais au moins, il met les collants à l’endroit!

Et puis, mon cher et tendre, c’est un précurseur dans le portage de bébé : je vous présente le « bébé-sacoche » :

DSC_0201

Il aime bien faire des frayeurs à ses loulous…

DSC_0595

 

Bon, je me moque, mais mon grand Loup, c’est quand même un super papa, il n’y a qu’à voir le sourire qui illumine le visage de nos louveteaux lorsqu’ils entendent la clé dans la porte le soir…

DSC_0234

Et vous, les papas de vos loulous, ils sont comment??

 

5 Commentaires

  1. mdrrr , j adore ton article. nos hommes sont surprenants… Bon moi le mien a du mal quand ils sont tout petits.Mais maintenant c’est bon.

  2. félie et ses monstres gentils

    trop mignon !! l’anecdote du haricot c’est ma préférée 😉
    Ici papa est multi-casquettes : papa poule et papa grognon. En fait l’autorité c’est lui, moi les monstres me manipulent un peu, je transige plus facilement.
    C’est un super papa, super homme, super tout quoi 😉

  3. Excellent cet article !!! J’ai ris !! Le mien est absolument parfait ! Oui, oui ça existe !

  4. Merci :) Bah oui, après m’être moquée un peu de lui, il fallait bien que je mette une jolie photo 😉

  5. Ha Ha Ha ! Exact ! mais que veux-tu…Il est parfaitement parfait ! Je dirais même qu’à la maison c’est plutôt moi qui me l’a joue « Hein ? qui ça ??  » En pleine nuit ! Hihi !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *