Et si c’était un zèbre ?

Depuis quelque temps, lorsque j’observe ma petite fée, je m’inquiète de savoir si elle ne serait pas un peu zébrée ?

imgp8547

 

Bon, je suis une maman louve assumée, souvent maman kangourou, avec des bébés koalas, et maintenant je vous raconte que ma fille est un zèbre?! Rassurez-vous, vous n’êtes pas au zoo!!

Un zèbre, c’est le mot « mignon » pour parler d’enfant précoce, surdoué… 2 termes que je n’aime pas spécialement…
Alors au premier abord, on se dit. C’est plutôt cool, un surdoué, il est plus intelligent que les autres, alors il aura plus de facilité…

Et bien non! Ce n’est pas ça du tout (c’est pour ça que je n’utilise pas le terme surdoué, il induit en erreur)! C’est même plutôt chiant, d’être un zèbre! Ce n’est pas parce qu’on est précoce qu’on est plus intelligent que les autres, être précoce, c’est avoir une intelligente différente.
D’ailleurs, un zèbre peut être totalement en échec scolaire, parce qu’il n’arrive pas à s’adapter à ce qu’on lui demande. Et c’est la même chose d’un point de vue social…

« Trop intelligent pour être heureux »

Cette phrase est certes un énorme raccourci, mais elle peut également être une vérité pour les zèbres…

Je suis précoce. Ou plutôt, j’étais précoce (c’est bizarre, à 32 ans, de dire qu’on est précoce non?).

Je ne vais pas tout vous raconter en détail, mais en gros, j’étais excellente à l’école. En CE2, on a voulu me faire sauter 2 classes. Pour diverses raisons compliquées et dont visiblement je ne connais toujours pas les tenants et aboutissants, j’ai finalement sauté une classe, en cours d’année.

 

Ça n’a pas été une mince affaire… Socialement, j’ai eu énormément de difficultés (je vous en parlais l’an passé en vous racontant mon vécu sur le harcèlement scolaire). Et scolairement aussi, ça s’est compliqué…
Arrivée au lycée, j’ai craqué, j’ai insisté pour redoubler ma seconde. Heureusement, mes parents ont compris, et accepté. Et après cela, tout a été mieux. Peut-être aussi parce qu’entre-temps, j’ai trouvé un équilibre émotionnel avec mon cher et tendre, que j’ai rencontré à ce moment-là.

Bref, si ma précocité m’a incontestablement aidé pendant mes études (c’est sûr qu’avoir une super mémoire, ça a du jouer…), elle m’a également posé beaucoup d’autres soucis…
Je suis quelqu’un d’hypersensible, beaucoup trop empathique, très anxieuse… Ce ne sont pas des traits de caractères exceptionnels ou rares, mais ils sont exacerbés par ma précocité. Et c’est parfois très difficile à vivre.

Aujourd’hui, en tant qu’adulte, je me sens très bien. Mais je sais que cet équilibre est très fragile, et que mon cerveau peut vriller à tout moment (ça lui arrive d’ailleurs régulièrement, mais je le connais maintenant…).

Mais c’est mon fardeau, d’être un zèbre. Sauf qu’aujourd’hui, j’ai l’impression de les déceler, ces signes de précocité. Et j’ai bien peur qu’il y ait un autre zèbre dans la famille…

Pour mon petit loup, la question a été soulevée par mon entourage quelquefois, en le voyant. Il est malin, certes, mais tellement bien dans ses baskets, tellement sociable, à l’aise avec les autres enfants de son âge, que je ne m’inquiète pas du tout pour lui!

En revanche, pour ma petite louve, je suis beaucoup moins sereine.
Je sais, je vais vite en besogne, vu qu’elle n’a que 19 mois.

dsc_0185

Mais quand même…

Elle comprend tout, trop vite et trop bien.
Elle fait tout, trop vite et trop bien.
Elle a une mémoire de dingue.
Elle a une capacité d’analyse impressionnante.
Elle a trop de cheveux (comment ça, ça n’a rien à voir?)

Et elle angoisse. Je le sens. Contrairement à son frère, le moindre grain de sable dans son quotidien, dans ses rituels, et c’est la panique. Elle peut passer la nuit à hurler si j’ai le malheur de lui expliquer le soir que le lendemain, la journée se passera différemment de ses habitudes…
Je ne rajouterais pas qu’elle est hypersensible, car beaucoup d’enfants le sont… Mais elle l’est quand même un peu 😉

Bref, face à tout ça, je ne peux m’empêcher de m’inquiéter pour son futur. Car comme toutes les mamans, je ne veux pas que mon bébé souffre, et je sais pertinemment qu’être un « zèbre » est handicapant dans notre société… Dés qu’on n’entre pas dans le moule, en fait, cela devient un problème…

Alors pour l’instant, je garde mes angoisses au plus profond de moi (et sur ce blog), et j’essaie de la « nourrir » à travers la musique, l’art, les voyages… En me disant que de toute façon, je serais là, pour elle, et que j’essaierais de l’accompagner au mieux pour qu’elle ne se sente pas trop « différente », qu’elle ne soit pas « isolée » dans sa bulle…

img_7768

Cet article a été difficile à écrire pour moi. Parce que c’est un peu un sujet tabou… Toute mon adolescence, j’ai dû cacher cette différence, pour éviter les moqueries (quand je vous dis que dés qu’on n’entre pas dans le moule…). Mais je me suis dit que c’était un bon moyen également de faire découvrir cet aspect de la précocité aux autres. Je ne suis pas plus intelligente que les autres (la preuve, je ne suis pas en train de changer le monde, je suis instit…). L’image que l’on a de la précocité est erronée, raccourcie à un simple résultat de QI qui en fait ne veut rien dire. Du coup, on minimise l’impact que cela peut avoir sur nos petits zèbres…

img_7895-001

11 Commentaires

  1. Je ne sais pas si mon mari était un zèbre, mais il a aussi sauter une classe et ça lui a compliqué toutes relations sociales pour le reste de sa scolarité … pas facile d’être le plus jeune ET le meilleur, ajouté à ça dès parents qui vous coupent des modes du moment (pas de télé, pas de console, pas de poserons, etc.) et tu as un combat gagnant…
    Pour ma part, je suis dislexique … il paraît aussi que ça se transmet …
    J’espère que si nos garçons sont un jour dans ce cas là, nous saurons les accompagner.

    • Merci pour ton témoignage, décidément, les sauts de classe, ce n’est pas souvent une réussite… idem, j’espère également que je saurais les accompagner. Logiquement, vu qu’on l’a déjà vécu, on devrait être capable de les aider au mieux… mais la vie ne se déroule pas toujours de manière logique…

  2. Tu peux parler de surefficience peut être :)
    J’aurai pu sauter le CP, ma mère a refusé. A 47 ans aujourd’hui elle se rend compte qu’elle est un zèbre, que mon petit frère de 11 ans l’est et que même moi je dois en être un.
    Elle s’est énormément rencardé sur le sujet et si la scolarité de mon frère (fraichement en 6ème) devait mal se passer, elle n’hésiterait pas à le déscolariser, elle-même ayant tant souffert.
    le problème c’est que c’est trop inconnu pour beaucoup, souvent très mal vu mais surtout invivable pour ceux qui en souffrent sur certains aspects.
    Je pense que le savoir permet aussi de voir différemment les choses et surtout de comprendre son enfant.
    Même si ce n’est pas évident pour toi au moins tu sais de quoi il s’agit et tu pourras certainement l’aider au mieux face à cette société qui craint tellement sur certains points

    • Merci pour ton témoignage! Tu résumes très bien la situation, c’est difficile à vivre et mal vu. J’espère effectivement que si c’est le cas pour ma louve, j’arriverais à l’aider au mieux! Effectivement, la désco peut être une solution dans ce genre de situation…

  3. Je suis entrée au CP à 5 ans après une série de tests et cela ne m a pas du tout réussi non plus socialement parlant (crises, pleurs et insomnie chaque soir tant je redoutais l école). Pour le moment je ne pense pas que mon fils soit concerné (heureusement) mais en tout cas j ai gardé de mon histoire une grande méfiance envers les « sauts de classe » .
    Je pense que, étant donné ton histoire, tu seras particulièrement vigilante avec ta fille, c est deja une chance pour elle !

    • Oui, les sauts de classe, c’est vraiment compliqué comme décision… En 8 ans d’enseignement, j’en ai fait un. En plus contre l’avis de la psy scolaire… Et je peux te dire que j’ai passé plusieurs nuits à ressasser la situation et à m’inquiéter pour lui… Bon, quelques années après, je sais que c’était le bon choix, mais ce n’est vraiment pas une décision à prendre à la légère.
      Effectivement, je serais plus vigilante, et j’espère que, si elle est dans ce cas là, j’arriverais à l’aider!

  4. Je viens de suivre une formation, sur les « hauts potentiels ».
    Ce n’est pas un parcours facile pour certains enfants/familles/enseignants (je suis du côté des enseignants).
    Mais je pense qu’avec l’aide de gens formés, on peut avancer main dans la main, au mieux pour l’enfant et son entourage.
    Je ne sais pas où tu es, mais n’hésite pas à te rapprocher d’une association ou d’un groupe de paroles :) et si tu as des questions, j’ai reçu quelques documents. N’hésite pas à me faire signe

    • Oui, je suis également enseignante, et je sais que le meilleur est possible, malheureusement, le pire aussi, j’ai pu le voir… Mais je me rassure en me disant que mon passé et ma posture d’enseignante nous aideront, si ma puce est effectivement un petit zèbre!
      Merci de ta proposition, je la note au cas où. Je suis un peu superstitieuse, alors je n’ai pas envie de commencer à me monter la tête en me penchant trop sérieusement sur le sujet pour l’instant 😉

  5. Je ne connaissais pas ce terme de « zèbre »… Quand tu fais la liste des « signes » qui te font penser que ta petite louve en est un, j’ai l’impression que tu parles de Tibonhomme. Mais bon, pour faire une analogie, en lisant plein de « symptômes », on a l’impression d’avoir la maladie… donc je ne sais pas si mon fils est vraiment un zèbre :p
    Merci pour ce témoignage :)

    • Oui, c’est pour ça que ces signes n’en sont peut-être pas. Il est beaucoup trop tôt, je pense, pour se faire une vraie opinion sur le sujet. Mais étant donné mon passé, je ne peux pas m’empêcher de m’inquiéter :)
      C’est mignon, je trouve, zèbre, plus que précoce 😉

  6. C’est la raison pour laquelle mes filles ont été descos… pas dans le moule… sensible, trop rapide, profil pas homogène et justement je pense que ça dépend aussi de ça. Si l’enfant a un profil homogène, c’est-à-dire s’il évolue à peu près au même rythme dans les différents domaines scolaires, c’est plus facile. :)
    Ensuite certains zèbres sont très doués pour se fondre dans la masse et c’est aussi plus facile. :)
    L’avantage de ta fille, qu’elle soit zèbre ou non, c’est qu’elle a une maman attentive. :)
    Ici au même âge que ta puce une chevelue 😉 et une avec un très peu de cheveux 😉
    Bonne soirée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *